1. Dossier du site
  2. >
  3. Affaire Joe Hill
  4. >

L’horreur judiciaire

Chronologie et localisation

Du printemps 1913 au 8 janvier 1914

  • Printemps 1913 — Joe Hill, Otto Appelquist et les frères Ed et John Eselius dans la dèche à San Pedro, blacklistés en tant que wobblies.
  • 4 juin — Hill accusé de braquage par la police de San Pedro. Plainte sans fondement, rejetée.
  • 9 juin - 9 juillet — Purge un mois de prison pour vagabondage.
  • 18 juin — Transféré à Los Angeles pour enquête fédérale des services de l’immigration. Sans suites.
  • Juin ou juillet — Appelquist et les Eselius en Utah. Appelquist mineur à Park City dans les Wasatch, puis manœuvre à Ogden sur le chantier de l’Eccles Building. Liaison avec Hilda Erickson, nièce des Eselius, domestique à Salt Lake City.
  • 10 au 24 juin — Malgré la répression, grève IWW victorieuse à Tucker en Utah sur un important chantier ferroviaire. Augmentation des salaires, amélioration des conditions de travail.
  • 12 août — Attaque d’une manifestation IWW par des miliciens à Salt Lake, interdiction des rassemblements de rue, appel à soutien du syndicat.
  • Fin août — Hill en Utah, avec Appelquist chez les Eselius à Murray.
  • 8 septembre à début décembre — Hill et Appelquist à Park City. Travaillent à la mine de Silver King.
  • 20 septembre — John Morrison, épicier, ancien policier, repousse au revolver deux agresseurs armés à Salt Lake City.
  • Décembre — Hill et Appelquist de retour dans la vallée de Salt Lake. Hill en tournée musicale dans la communauté suédoise. Rencontre à Sandy d’une voisine d’enfance en Suède, Maria Johanson.
  • 24 décembre — À Murray, Appelquist présenté comme son futur gendre par Betty Eselius Olsen, veuve Erickson, à un ami de la famille, Olaf Lindegren.
  • 8 janvier 1914 — Hill et Appelquist à Murray. Croisent Maria Johanson qui les invite à une soirée le samedi suivant.

Du 10 au 28 janvier 1914

  • Samedi 10 janvier
    • 19 h 30 à 21 h — Hill, Appelquist, Erickson et Christine Larson, amie d’Hilda, assistent à une représentation à l’Empress Theater de Salt Lake City.
    • 21 h 45 — Assassinats dans son épicerie de John Morrison et de son fils Arling par deux hommes masqués. Un des deux assaillants est présumé avoir été blessé par Arling en riposte.
    • 23 h 30
      • Hill au cabinet du docteur McHugh à Murray pour une blessure par balle à la poitrine. Dit avoir été blessé par un ami dans une querelle à propos d’une femme. En possession d’un pistolet. Rejoints plus tard par le docteur Bird.
      • Frank Z. Wilson, truand suspecté dans l’affaire Morrison, aperçu souffrant non loin à l’ouest de l’épicerie. Recherché pour une autre affaire par l’inspecteur Georges Cleveland, qui mène l’enquête sur les lieux du crime.
  • 11 janvier
    • entre 1 h et 2 h
      • Hill reconduit en voiture par Bird chez les Eselius, où se trouve Appelquist. S’est débarrassé de son arme en cours de route. Aparté entre Hill et Appelquist. Départ et disparition d’Appelquist.
      • Interpellation d’un suspect devant l’épicerie de Morrison. Dit s’appeler W. J. Williams. Fausses déclarations. En possession d’un foulard ensanglanté découvert plus tard par l’inspecteur Cleveland.
    • Soirée — Offre d’une rançon de cinq cent dollars par le gouverneur William Spry pour toute information décisive sur l’affaire Morrison.
  • 12 janvier — McHugh dénonce Joe Hill à la police de Murray, après concertation avec Bird.
  • Nuit du 13 au 14 janvier — Arrestation de Joe Hill chez les Eselius. Hill de nouveau blessé par balle, à la main droite, dans l’intervention. Détention à la prison du comté de Salt Lake. Chantage aux aveux contre des soins.
  • 14 janvier
    • Au petit matin, confrontation médiatique à la prison, organisée par le Herald Republican, avec Merlin, le fils cadet de John Morrison, seul témoin direct présent dans l’épicerie au moment des faits. D’après le journal, le garçon aurait « identifié » Joe Hill comme étant « l’assassin de son père ».
    • Funérailles de John et Arling Morrison.
    • La police apprend que Joe Hill « s’intéresse » à Hilda Erickson et « l’a déjà fait demander plusieurs fois » à son domicile et lieu de travail à Salt Lake.
    • Robert Erickson, frère d’Hilda, neveu des Eselius, en garde à vue pour complicité dans l’affaire Morrison. Pressions policières sur Betty Eselius pour obtenir des aveux de Joe Hill contre la libération de son fils.
  • 15 janvier — Photos de Hill et Appelquist, complice présumé, en première page des journaux. Avis de recherche national pour Appelquist. Robert Erickson relâché sans suites.
  • 20 janvier — Dépôt de plainte pour homicide intentionnel et avec préméditation contre Joe Hill.
  • 22 janvier
    • Plea hearing, audience de plaidoyer. Joe Hill plaide non coupable. Il a refusé l’aide du syndicat proposée auparavant par Ed Rowan et se trouve sans avocat.
    • « Vous tenez la bonne personne », courrier du commandant Smith de la police de San Pedro reproduit dans la presse du soir et du lendemain.
  • 28 janvier
    • Preliminary hearing, audience préliminaire d’instruction. Joe Hill se présente sans avocat ni élément en sa faveur. Inculpation.
    • Arrêté par l’inspecteur Cleveland, Frank Z. Wilson reconnaît le cambriolage d’un wagon de marchandise dans le Nevada commis le 22 janvier. Aurait été interpellé une première fois et relâché la veille, 27 janvier, dans le cadre de l’affaire Morrison. Transfert à Elko, Nevada, le 5 février.

Du 7 mars au 8 juillet 1914

  • 7 marsArraignment, lecture de l’acte d’accusation. Joe Hill accompagné de deux avocats : Ernest D. MacDougall et Frank B. Scott, qui se seraient présentés spontanément et prendraient la défense à leur charge.
  • 25 mars — Requête en dépaysement.
  • 18 avril — Premier appel à soutien dans Solidarity, par un collectif de San Francisco.
  • 27 avril — Procès fixé au 15 juin.
  • 23 mai — Abandon de la requête en dépaysement, après plusieurs reports de son instruction par le juge. Annonce dans Solidarity de la constitution d’un Comité de défense IWW basé à Salt Lake.
  • 5 juin — Procès avancé au 9 juin.
  • 6 juin — Hill se fait conduire chez le prêteur sur gage qui lui fournit son pistolet d’occasion. L’achat figure au registre mais pas le modèle ni le calibre de l’arme. Réponse du propriétaire de l’établissement, parti à Chicago, par retour de télégramme : « Me souviens vendu Luger cette date. Un problème ? » Le pistolet de l’assassin de John Morrison aurait été un Colt de calibre 9 mm.
  • 10 - 17 juin — Ouverture du procès à la chambre de troisième district du juge Morris L. Ritchie ; Elmer O. Leatherwood, procureur ; tous deux membres de l’Alta Club et de la loge Elks. Sélection du jury qui s’éternise, pointilleuse mais superficielle, par les avocats de la défense.
  • 11 juin — Le juge désigne lui-même trois hommes, d’un autre jury, ne faisant partie d’aucun panel. Parmi eux Joseph Kimball, membre avec Ritchie de l’association patriotique des Fils de la Révolution américaine. Aucun n’est récusé par les avocats de la défense, qui ne font pas consigner l’incident.
  • 17 - 22 juin — Arguments du ministère public, exposé d’un faisceau de preuves circonstancielles, sans mobile du crime.
  • 18 juin — Authentification de pièces à conviction. Témoignage de Merlin Morrison. Incohérences et contradictions avec la déposition en audience préliminaire. « N’a pas pu identifier Hillstrom » d’après le Deseret Evening News.
  • 19 juin
    • MacDougall et Scott, récusés par Joe Hill en pleine audience, nommés « amis de la cour » séance tenante par le juge avec les attributions d’avocats de la défense. Contestations de Joe Hill.
    • Témoignage de Phoebe Seeley, orienté dans la confusion par le procureur puis le juge. Décrit Joe Hill. Incohérences et contradictions avec la déposition en audience préliminaire.
    • Suspension d’audience. Ed Rowan et George Child du Comité de défense autorisés à s’entretenir avec l’accusé. Aparté entre Joe Hill et Hilda Erickson, également dénommée Olsen dans la presse et présentée comme la petite amie et l’alibi présumés de l’accusé.
    • Reprise de l’audience. Contre-interrogatoire de Phoebe Seeley. Admet ne pas avoir reconnu l’accusé.
    • Soren Christensen nouvel avocat de la défense, délégué par Orrin N. Hilton sur intervention de Virginia Snow Stephen. MacDougall et Scott réengagés.
  • 20 juin — Témoignages de Vera Hanson, de Nellie Mahan et de Maria Johanson.
  • 21 juin — Article du Salt Lake Tribune autour de la condition d’artiste de Joe Hill : à propos des interventions du syndicat et de Virginia Snow Stephen ; entretien avec Joe Hill sur sa formation musicale, sans évoquer l’affaire ; reproduction des textes de deux chansons sentimentales écrites à Murray.
  • 22 juin — Témoignages des docteurs McHugh et Bird. Fin de l’exposé des éléments de l’accusation. Requête de jugement d’acquittement, rejetée.
  • 23 - 24 juin — Arguments de la défense, « circonstances contre circonstances, suspicions contre suspicions ». Témoignages de Betty Eselius, de l’expert en armes à feu E. J. Miller, du docteur M. F. Beer, de Peter Rhengreen, de James Usher identifiant Frank Z. Wilson à W. J. Williams, et de l’inspecteur Cleveland.
  • 24 juin — Réquisitoire de l’accusation.
  • 25 - 26 juin — Plaidoiries de la défense.
  • 26 juin — Réfutation par le procureur. Instructions du juge aux jurés. Kimball président du jury.
  • 27 juin — Verdict de culpabilité. Appel à soutien financier dans Solidarity.
  • 8 juillet — Condamnation à la peine de mort. Exécution fixée au 4 septembre. En premier recours, requête pour un nouveau procès.

Du 11 juillet 1914 au 2 août 1915

  • 11 juillet — Nouvel appel à soutien, pressant, dans Solidarity.
  • 25 juillet
    • Report de l’audience du premier recours, à la demande du requérant.
    • « Joe Hill sera-t-il assassiné ? », article de Big Bill Haywood dans Solidarity. Vague de protestations vers les autorités judiciaires et politiques de l’Utah dans la semaine qui suit.
  • Août — Nouveau report de l’audience à la demande du requérant. Mobilisation croissante : manifestations à Seattle et à New-York.
  • 1er septembre — Examen de la requête pour un nouveau procès, rejetée. Demande suspensive de pourvoi en cassation devant la Cour suprême de l’Utah.
  • Novembre — Élections locales et nationales.
  • Décembre
    • Pourvoi recevable.
    • À la suite des élections locales, nominations de l’inspecteur Cleveland à la direction de la prison du comté et de son coéquipier Carstensen à la direction des affaires criminelles.
  • Mars 1915 — Orrin Hilton à Salt Lake pour préparer l’audience devant la Cour suprême.
  • 10 mai — Report de l’audience à la demande du requérant. Difficultés financières du Comité de défense.
  • 22 mai — Flynn en une de Solidarity, récit de sa rencontre à la prison avec Joe Hill. Appel urgent à envoyer de l’argent.
  • 28 mai — Audience du pourvoi.

Cartes, 10-11 janvier 1914

Joe Hill Project

Ron Yengich, University of Utah (2002)
https://web.archive.org/web/*/http://www.joehill.org/